Témoignages

Des collègiennes témoignent

Que deviennent nos élèves en sortant du collège ?

Et après un collège hors contrat à petits effectifs, est il facile de s’intégrer dans le grand monde du lycée ?

Cette année les élèves sortis du collège Fatima en 3ème en juin 2016 rejoignent divers lycées : A Lyon ce sont les Minimes (2), les Chartreux (3), Chevreul (1), Les Lazaristes (1), La Mâche (2) , Belmont-Capdepon ( 3), Les Maristes (5), Saint Thomas d’Aquin à Oullins (1) , à l’extérieur de Lyon ils vont à Carpentras (1), St Bonnet de Galaure (1) à Châteauneuf de Galaure (3), Notre Dame de Mongré à Villefranche (1), Draguignan (1), St Joseph des Carmes à Carcassonne (1).

Et que font les anciens de Fatima ?

En regardant, plus loin en arrière, nous voyons que nos anciens élèves ont fait, pour la plupart, les parcours qu’ils souhaitaient.

Chez les filles, on trouve des études d’infirmière, d’aides soignantes, des écoles de commerce, des BTS gestion, des BTS de commerce international, une école d’arts appliqués, des études de psychologie, d’orthophonie, ou des facultés de lettres ou d’histoire et aussi des classes préparatoires littéraires chez les Maristes et à Henri IV avec réussite du concours à l’ENS pour l’une d’elle.

Chez les garçons beaucoup ont fait des préparations d’école de commerce ou d’ingénieur puis ont intégré de bonnes écoles ; certains ont intégré les Arts et Métiers, l’un d’eux la Marine marchande, un autre a fait des études d’ostéopathie, d’autres sont en facultés de philosophie ou d’histoire.

Certains élèves sont à l’étranger soit pour travailler soit pour leurs études soit pour pratiquer les langues étrangères.

Bref, ils font tous leur chemin dans leur vie de jeunes adultes responsables avec ce passage au collège de Fatima qui, nous l’espérons, les a fait grandir dans toute leur personne !

Mayeul et Augustin

Mayeul

« J’ai été au collège entre 2008 et 2010 pour mes deux dernières années de collèges. J’ai eu mon bac scientifique en 2013, et je suis cette année en troisième année de licence d’histoire après deux années d’hypokhâgne-khâgne. Dire ce que le collège m’a apporté ? Rien de plus facile d’autant que j’en mesure les conséquences encore aujourd’hui ! Si l’enseignement a été très complet (autant sur les méthodes d’apprentissage que sur le suivi personnel de chaque élève), c’est surtout la formation humaine qui m’a marqué : la rigueur, le mérite, mais aussi le travail pour affermir le meilleur en nous-même. Le système des capitaineries  apprend à être un chef, à prendre des décisions, cela responsabilise. Les deux années m’ont aidé à m’affermir ; mais par-dessus tout, j’ai gardé des amitiés exceptionnelles qui ont survécu ou plutôt qui se sont amplifiées depuis toutes ces années ! »

Florence

Ce ne sont pas les établissements privés de qualité qui manquent à Lyon et les résultats académiques sont là pour le prouver, reconnus dans l’hexagone.
En dépit de cette offre réelle, le collège Bienheureux François de Fatima offre une structure dont le cadre prolonge celui, plus restreint, de la famille. Qu’est-ce à dire ?
Une atmosphère en premier lieu où l’on accueille avec bienveillance, où l’on se dote d’un formidable ensemble pédagogique défini avec enthousiasme et volonté de donner à l’enfant ce qu’il y a de meilleur : rigueur, respect des valeurs chrétiennes et humaines. L’assurance de trouver là un lieu où le jeune peut, en vérité, développer de saines et franches amitiés, sans se créer de personnage car séparé du regard du sexe opposé, fut aussi moteur pour notre choix.
Assurant des tâches bénévoles durant quelques années, j’ai pu constater le sérieux de l’engagement pédagogique du corps professoral, ne comptant pas sa peine pour sortir un élève d’une impasse, lui proposant une perspective d’amélioration tant intellectuelle qu’humaine et spirituelle. A ce titre, j’ai vu de mes yeux vu combien, parallèlement aux matières académiques, les activités artistiques participaient à mettre en valeur des talents insoupçonnés, créant la surprise chaque année.
Valeureux enseignants ! Quels enfants chanceux !
Il y aurait bien à dire encore, comme la présence d’un aumônier présent et disponible auprès des élèves ; une prise réelle d’intérêt de parents bénévoles et participant d’une façon ou d’une autre à l’enrichissement du collège.
Il est dit que nous serons jugés non pas sur la quantité mais la qualité de notre amour. Le collège que nous avons élu a talentueusement répondu à cette mission avec un perpétuel souci de ne pas se prendre au sérieux et de se remettre en question, pour le bon, le beau, le vrai.

Interview du professeur de sport